L’entraînement physique du cavalier

Entrevue avec Isabelle Aubé

Isabelle Aubé est entraîneure privée ainsi que préparatrice physique depuis près de dix ans, elle se spécialise dans l’entraînement des cavaliers de toutes disciplines. Isabelle travaille présentement comme Directrice de L’Entraînement à Canada Hippique.

JL : Quels types de muscles et lesquels sont surtout utilisés par le cavalier de dressage?

IA : Un sport de précision, les cavaliers de dressage utilisent très discrètement leurs corps au complet. Par contre je dirais que les muscles posturaux ainsi que les muscles stabilisateurs du tronc sont primordiales. Ils permettent au cavalier de maintenir une belle assiette ainsi que d’exercer des mouvements techniques en équilibre et avec une force contrôlée.

JL : Est-ce que nous avons besoin davantage de force isométrique ou de force isotonique pour pratiquer le dressage?

IA : Commençons par définir ce qu’est une contraction isométrique : Un muscle soumis à une contraction isométrique est un muscle qui travaille en tension mais sans mouvement. Ce qui veut dire qui maintient une position statique, sans mouvement. Pour répondre à ta question, oui, il est important de pouvoir maintenir une belle posture pour une longue période de temps tout en restant détendu. Il faut un équilibre de stabilité et de souplesse.

JL : Plusieurs cavaliers portent une ceinture de soutien au dos, qu’en penses-tu?

IA : Le seul moment que je serais en accord avec une ceinture de soutien de dos serait lorsque le cavalier est en phase aigu d’une blessure. C’est certain que chaque blessure a des caractéristiques particulières, mais en général elles suivent le même processus de guérison. La phase de réparation tissulaire peut durer de 10 à 15 jours, suivie par la phase de maturation et remodelage vers le 21e jour jusqu’à la sixième semaine. Dépendant de la blessure en question, et avec l’accord du médecin, c’est durant cette dernière phase que je commencerais la réadaptation physique. Nos muscles sont conçus pour avoir la fonction d’une ceinture de soutien de dos. Si un cavalier porte une ceinture plus longtemps que nécessaire, il va actuellement créer un autre problème! Les muscles qui ne travaillent pas deviennent faibles et s’atrophient.  Alors la ceinture naturelle musculaire deviendra non-fonctionnelle et le cavalier sera  dépendant de la ceinture synthétique pour maintenir une stabilité du tronc. Il est plus important de faire une rééducation des muscles du tronc pour créer une stabilité fonctionnelle. C’est-à-dire, que les bons muscles s’engagent au bon moment pour protéger les articulations dans tous nos déplacements quotidiens, pas seulement en selle.

JL : Quels problèmes de position observes-tu le plus souvent chez les cavaliers de dressage?

IA : Ce que je vois le plus souvent, et non seulement avec les cavaliers de dressage mais avec  tous les cavaliers,  c’est un manque de stabilité du tronc. Nous avons une moyenne de 600 + muscles dans notre corps. Environ 400 de ces muscles se retrouvent dans la région du tronc qui comprend la région entre le cou et le bassin. Le rôle de nos muscles squelettiques est de permettre la motricité ainsi que de stabiliser les articulations et de protéger les organes. Si nous observons la région entre la cage thoracique et le bassin, nous voyons que la seule masse osseuse est la colonne vertébrale. C’est pour cela que les muscles abdominaux et du dos sont très importants. La stabilité du tronc protège notre colonne vertébrale, nous permet de contrôler notre assiette tout en gardant un bon équilibre.

JL : Quel type de plan d’entraînement est le plus approprié aux cavaliers de dressage (cardio-vasculaire, musculation, étirements, etc.) et à quelle fréquence?

IA : En général je commence toujours avec du travail postural et un entraînement très spécifique au cavalier dépendant de son historique physique. Je cherche à créer un équilibre musculaire, une amplitude de mouvement pour toutes les articulations, tout en m’assurant que les patrons moteurs appropriés sont instaurés. Ceci est la base de toute activité physique. Pour ce qui est d’un plan d’entraînement le plus approprié aux cavaliers de dressage, ceci dépend de chaque cavalier et de ses points d’amélioration. Mon approche et mes recommandations peuvent varier énormément d’une personne à l’autre. Pour avoir des bienfaits il est recommandé de faire de l’activité physique un minimum de trois fois semaine. Et nous devons chercher à développer toutes les qualités physiques que tu as mentionnées : la capacité cardio-vasculaire, la force musculaire,  la souplesse et une composition corporelle santé. Une composition corporelle est le ratio masse grasse (gras corporel) vs masse maigre (muscles, os et organes).

JL : Est-il possible de viser une symétrie presque parfaite à cheval et si oui, as-tu des exemples de cavaliers de dressage qui ont cette position parfaite tout au long de leur reprise?

IA : On peut viser la perfection, mais si on regarde la logistique réelle de la monte à cheval qui est de garder l’équilibre sur un être actif (cheval) en mouvement, la symétrie du cavalier, comme le cheval, est dynamique. Un cavalier qui est fonctionnel, va réussir à garder une semblance de symétrie tout au long de sa reprise tout en adaptant sa position à chaque pas et dans chaque mouvement. Il y a tellement de facteurs variables  qui s’imposent dépendant du niveau de compétences du cavalier, tout comme le degré d’entraînement du cheval, la concentration du cavalier pendant sa reprise et il ne faut pas oublier la réaction du cheval au pot de fleur à la lettre P! J’ai vu beaucoup de cavaliers maintenir une bonne apparence de symétrie constante dans leurs reprises, mais je dirais que c’est plus fréquent dans les cavaliers de haut niveau.

Author: DressageQuebec

Share This Post On

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *