Comment faire bonne impression en A

On a demandé à la juge de dressage Carine Blaquière ses meilleurs trucs pour bien paraître devant ses pairs et ce, dès que vous foulez le sol autour de la carrière.
Par Carolyne Ann Boileau

Camille Carier Bergeron et Acoeur/crédit photo Claude Menard
Camille Carier Bergeron et Acoeur/crédit photo Claude Ménard

Ce n’est pas parce que la COVID-19 est venue freiner la saison de concours qu’on doit cesser de s’améliorer. Dressage Québec a donc pensé à vous donner un coup de pouce en vue de votre prochaine compétition. On s’est dit : « pourquoi ne pas interroger une juge pour savoir comment bien se présenter ? » Tout aussi sérieusement, on s’est demandé de quelle façon on peut optimiser notre temps autour du ring… avant qu’on entende ding! La juge de dressage Carine Blaquière a entendu notre appel et nous a livré plein de bons trucs que vous pourrez mettre en pratique – on le souhaite – le plus vite possible.

1. Préparation, préparation, préparation!
Avant de s’inscrire à une compétition, on prend le temps de lire le test, mais aussi la case « Objectif », qui apparaît dans le haut de la reprise. Les attentes des juges envers un couple cavalier-cheval se présentant en niveau entraînement ne sont pas les mêmes que pour un duo inscrit en niveau 3 : « On n’exige pas le même degré d’engagement des postérieurs et on ne s’attend pas à ce que le cheval ait une souplesse et une stabilité dans les mains du cavalier équivalentes d’un niveau à l’autre. Une fois que la gradation des exigences est comprise, le cavalier en a, du coup, moins lourd sur les épaules », dit Carine. De bien saisir les objectifs de la reprise et de les mettre en pratique lors des entraînements vient confirmer si on s’inscrit bel et bien dans le niveau approprié.

2. Bien utiliser le temps alloué
Le jour J, entre l’instant où l’officiel vous invite à procéder autour de la carrière et le moment où le (la) juge fait sonner la cloche, vous êtes maître du temps. Autant bien l’utiliser, surtout que le (la) juge a les yeux braqués sur vous et votre cheval. « Bien entendu, on ne fait aucune évaluation formelle tant que le cavalier n’a pas fait son entrée en A », affirme Carine. C’est donc un temps précieux pour faire le tour du manège (à l’extérieur de celui-ci) et tester si le cheval répond bien aux aides. « À moins que ce soit vraiment nécessaire, mieux vaut éviter les grosses corrections, car si je vois le cavalier utiliser sa cravache avant que la cloche sonne, c’est certain que je vais porter une attention particulière à la main qui la tient », ajoute Carine. Attention aussi aux coups d’éperons…
« C’est parfaitement normal de faire quelques transitions ici et là. Je dirais même que c’est le temps de sourire et de démontrer que ça va bien. Dites-vous que c’est le moment d’être efficace, tout en sachant que le juge vous regarde. »

3. L’étiquette près de la cabane de juge
On passe près du juge ou pas? On peut parler à son cheval ou pas? Peut-on dire bonjour au juge ou si on doit s’abstenir de le faire? Tant de questions auxquelles on a heureusement les réponses! « Il n’y a pas de règle qui stipule si vous devez saluer ou non la personne qui juge. Vous le faites si vous en avez envie, mais c’est correct de ne pas le faire aussi. Allez-y comme bon vous semble. Pendant que vous longez le périmètre externe de la carrière, vous avez le droit de parler, de flatter votre cheval et de faire le tour de la cabane deux ou trois fois si vous en ressentez le besoin. Je dirais, cependant, que pour maintenir le bon déroulement de la classe, il est important que le cavalier s’assure que son numéro est bien visible. Si celui-ci est du côté droit, je vous recommande alors de vous présenter en main gauche devant le juge avant de rentrer dans la carrière. » C’est noté!

4. Pas de panique, il reste 45 secondes!
Le (la) juge vient de sonner la cloche? Vous avez 45 secondes – et pas une de plus – pour faire une entrée remarquée sans pénalité. « Ce temps appartient au cavalier. Il faut l’utiliser! Je vous conseille de vous pratiquer à la maison. Rendez-vous à la lettre A et partez le chronomètre; vous devriez avoir suffisamment de temps pour faire le tour de la carrière au trot. La prochaine fois que vous entendrez la cloche sonner alors que vous êtes en C, vous serez davantage en confiance d’entrer dans le ring dans le temps requis », dit Carine. Et hop! Une partie du stress s’envole…

camille_carier_bergeron_lowelas
Camille Carier Bergeron et Lowelas/crédit photo Claude Ménard

5. Analyse des lieux
La surface autour de la carrière est-elle très large ou étroite? Cette question est loin d’être anodine, car vous n’aurez pas deux occasions de faire votre entrée. « Si l’espace est très large, vous devriez en profiter pour aller le plus loin possible et être déjà droit avant la lettre A. Ce sera plus facile de contrôler la rectitude du cheval que si vous devez entrer dans la carrière à la sortie d’un virage. Si tel est le cas, prenez la peine de tourner le coin du côté où le cheval est plus souple », suggère Carine.

Dans l’œil du juge

La conversation avec Carine était si enrichissante qu’on n’a pas voulu mettre de côté les conseils pêle-mêle qui suivent. Parce que ce qui se dit au cours de l’entrevue… vous concerne aussi!

  • Acceptez les devoirs. « La majorité des juges sont aussi des entraîneurs. On aime ça vous aider. On travaille fort pour que nos commentaires soient constructifs afin que vous puissiez vous améliorer en vue de votre prochaine performance. »
  • Détendez-vous. « Ce n’est pas la fin du monde si la reprise n’est pas parfaite. Vous présentez la somme de votre travail. C’est possible que les résultats ne soient pas au rendez-vous ce jour-là. Vous vous reprendrez la prochaine fois. »
  • Saluez… comme il faut. « Vous devez tenir les rênes et la cravache d’une main et saluer le juge avec la main libre. »
  • Notez bien ce conseil si vous commencez sur le circuit de dressage : « Les bruits de bouche pour encourager son cheval sont fortement pénalisés durant la reprise. Ce serait dommage que vous ayez des déductions. »
  • Immobilisez Seabiscuit ou Spirit. « Assurez-vous que votre cheval est bel et bien à l’arrêt avant de saluer. » Vous devez être « cloué sur place » durant un MINIMUM de 3 secondes. Psitt! C’est comptabilisé deux fois dans le pointage, donc ça mérite d’être travaillé!

Articles similaires

Menu